Un seul préside afin que tous célèbrent…

Je trouve que cette phrase du père Louis-Marie Chauvet, théologien dans notre diocèse, est précurseur à l’esprit de la nouvelle traduction du Missel Romain où, avant les prières sur les offrandes, le président dit :

“Priez, frères (et sœurs), que mon sacrifice, qui est aussi le vôtre, soit agréable à Dieu le père tout-puissant”

Nous voyons dans cette nouvelle traduction, le déploiement d’une théologie sacramentelle qui nous présente un double sacerdoce, le baptismal et le ministériel.

Dans l’ouvrage du père Louis-Marie Chauvet, ‘Dieu, un détour inutile ?’, nous y trouvons une préoccupation qui souligne le lien entre la place du prêtre dans l’Église et celle du Peuple de Dieu ; celle-ci est en ces termes :

“Nous, laïcs, avons souvent le sentiment que, quand même, les prêtres ont davantage de place dans l’Église. Comment bien articuler la place du Peuple de Dieu avec celle des prêtres ?”.

Pour répondre à cette préoccupation de certains membres de l’Église, le théologien, sans pour autant négliger le sacerdoce ministériel, s’appuie sur le sacerdoce commun des baptisés, qui donne une égale dignité à tous, laïcs et prêtres. Le baptême nous confère un triple titre, nous sommes dans le Christ et avec lui, prêtres, prophètes et rois (reines). Au nom de leur sacerdoce baptismal, les baptisés sont jugés dignes par Dieu lui-même de participer à la célébration des louanges de celui qui a fait d’eux ses enfants adoptifs en Jésus Christ.

En affirmant dans son ouvrage qu’un seul préside afin que tous célèbrent, le père Louis-Marie Chauvet, se sert de trois belles images, celles de l’arbre, du tronc et de deux branches. Les sacrements de l’initiation chrétienne seraient le tronc de cet arbre et les deux branches seraient les ministères du laïcat et ceux des ministres ordonnés.

Le laïc exerce un ministère (service) par délégation reçue de l’évêque ou du curé de la paroisse tandis que le ministre ordonné exerce le sien en vertu de la grâce de l’ordination. Il est important de préciser qu’aucun ministère n’est supérieur à un autre.

En effet, la nouvelle traduction met en valeur les deux sacerdoces conférés par le baptême et l’ordination. Il montre clairement que l’offrande que le prêtre présente à Dieu pendant la messe en vertu de son ordination est à la fois son offrande et celle du Peuple de Dieu (Peuple de prêtres), dont le Seigneur reçoit les louanges. Un seul préside afin que tous célèbrent, nous incite à avoir une nouvelle disposition intérieure à la messe, une nouvelle attitude car c’est ensemble que nous offrons à Dieu le sacrifice du Christ qui agit dans et par le prêtre et ce sacrifice est aussi le nôtre ; chacun participe à l’offrande du Christ en tant qu’acteur et un seul préside pour tous.

Père Désiré

Un commentaire

  1. Merci père Désiré pour ce magnifique édito ! Ça dit beaucoup de choses du ministère des laïcs et des prêtres. J’aime beaucoup tendre les mains discrètement à l’offertoire en même temps que le prêtre, je comprends mieux pourquoi 🙂
    En union de prière
    Albéric

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.