De la connaissance à l’harmonie

Échangeant gentiment avec quelques catholiques un peu pessimistes sur l’avenir et ne croyant pas au synode comme une chance voulue par notre bon pape, j’ai pu partager ceci : l’esprit de synode n’est pas une nouveauté, c’est la nature de l’Église, n’en déplaise aux grincheux et aux idéologues de service.

Nous sommes convenus de la pertinence du jeu de mot : Le synode alité, caractérisant l’état grippal de l’Église.

Le synode sur la synodalité aura un effet salutaire, pour la gloire de Dieu et le salut du monde, s’il nous permet, dans le dialogue, de favoriser deux choses, la connaissance de soi et la reconnaissance de l’autorité.

J’aime tellement saint Jean de la Croix quand il encourage notre âme à rechercher Dieu en toutes choses : Plus nous cherchons, plus l’âme doit avoir du courage pour ne pas s’égarer au milieu des plaisirs et des satisfactions ; de la force pour triompher des tentations et des obstacles. En cela consiste l’exercice de la connaissance de soi-même, qui est la première notion pour arriver à la connaissance de Dieu.

Dans le synode, ensemble, cherchons ceci : la connaissance de soi pour une meilleure connaissance de Dieu ; ensemble grandissons dans la connaissance et reconnaissance de l’autre qui passe par la reconnaissance de l’autorité qui harmonisera les relations avec les autres, dans l’Église et pour le monde.

Cette connaissance invite à une conversion : sommes-nous tout-puissant, seul à avoir raison contre tous les… tous les quoi après tout, ou, dans l’Église sommes-nous prêts à nous orienter en reconnaissant l’autorité de Dieu, révélée par sa Parole, une Parole qu’ensemble nous pouvons partager : ensemble, synode éclairé.

Sommes-nous seul à savoir, à pouvoir, à vouloir, ou sommes-nous prêts à avancer, dans une belle cordée conduite par l’Esprit Saint dont nous reconnaîtrions qu’il est dans le cœur de chacun, pas que dans le mien : ensemble, synode animé.

Nos petits groupes seraient-ils d’esprit synodal, si nous ne reconnaissions pas l’autorité de la liturgie dominicale qui nous rassemble autour de la résurrection du Christ Sauveur : ensemble, un synode de ressuscités.

Oui, l’amitié et la fraternité révèleront le sens synodal, plus que les grands manifestes, et pour le bien de tous, par tous, avec tous.

Humblement et joyeusement vôtre,

Père Hughes

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.