De l’amour mutuel à la fraternité élargie

Dimanche 23 février 2020
7ème dimanche du temps ordinaire – Année A

Dernier patriarche de la lignée de Caïn, Lameck élabora une loi de représailles selon laquelle Caïn  serait  vengé  7  fois, mais  lui 77 fois (Gn 4, 23-24). À cette loi de Lameck succéda la loi du talion qui restreignait la vengeance en rendant la punition proportionnelle à l’offense (Ex 21, 24 ; Lv 24, 20 ; Dt 19, 21).

Cette évolution normative montre toutefois des limites que pointe Jésus dans l’Évangile de ce dimanche : « Vous avez appris qu’il a été dit : œil pour œil, et dent pour dent. Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas riposter au méchant » (Mt 5, 38-39). Une dynamique déjà amorcée en première lecture : « Tu ne haïras pas ton frère dans ton cœur.  Tu ne te vengeras pas […] Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Lv 19, 18).

Outre l’amour et le pardon mutuels, Jésus nous invite à élargir notre fraternité, comme l’indiquent les orientations de notre évêque : « Mue par le souffle de l’Esprit, une communauté paroissiale doit vivre les deux mouvements de la respiration, inspiration et expiration, rassemblement dans une communion fraternelle et dispersion en vue de la mission » (Lettre pastorale de 2018, p. 12).

C’est dans cette même perspective que s’inscrit sa visite pastorale, notamment ce week-end où il préside la messe à Butry et à Auvers. La visite de notre évêque – qui s’adresse aussi aux mondes de l’art – révèle le visage d’une ‘Église en sortie’, Auvers étant un lieu porteur du charisme des artistes, ceux du Val d’Oise en particulier.

Père Fred Olichet Biyela

 

 

 

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *