La joie d’une Église hors-les-murs

Dimanche 22 mars 2020
4ème dimanche de carême – Année A

« Réjouissez-vous avec Jérusalem, exultez à cause d’elle, vous qui l’aimez ! » (Is 66,10). Ces mots de l’antienne d’ouverture de la Messe donnent son appellation au  4e dimanche de Carême, dit Laetare. C’est donc un jour de joie.

En ces temps où le monde fait face à une pandémie inédite, il peut sembler paradoxal, voire inapproprié, que l’Évangile nous appelle à la joie.  Mais de quelle joie parle-t-on ? Il ne s’agit pas du sentiment qui nous anime quand tout va bien dans notre existence. Non, la joie dont il est question ici nous vient du Seigneur lui-même. C’est la certitude que, quoi qu’il arrive, la Providence divine ne nous abandonne pas. C’est l’assurance que la Miséricorde de Dieu est plus grande que nos fautes. C’est la ferme espérance que le Seigneur vient nous sauver et que notre vie est entre ses mains.

Au terme de cette première semaine de confinement, nous réalisons de plus en plus que nous sommes Église au-delà des murs de nos églises.  Nous comprenons aussi que notre prière ne peut être confinée. Avec une petite dose de foi, d’espérance et de charité, n’oublions jamais que « la joie du Seigneur est notre rempart ! » (Ne 8, 10).

Père Steve Niyonkuru

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *