LE VERDICT DE LA 25ème HEURE

Édito du dimanche 26 novembre 2017

Le Christ Roi de l’univers – Année A                         

En cette solennité du Christ, Roi de l’univers, l’évangile décrit le Jugement Dernier de Celui qui “reviendra dans la gloire pour juger les vivants et les morts” (Credo).

Lors de sa parousie (retour glorieux), Jésus-Christ vient exercer le jugement eschatologique (des derniers temps). Comme lors de la Création du monde ou au moment de l’Exode en Égypte, le Divin Juge sépare les brebis des chèvres.

En effet, le Dieu qui sépare la lumière des ténèbres, les eaux d’avec les eaux, les eaux supérieures des eaux inférieures du firmament, le jour de la nuit (Gn1, 4. 6. 7. 14) est le même Dieu qui libère son peuple de l’esclavage d’Égypte en séparant l’eau de la mer (Ex14). Et c’est ce même opus distinctionis du Dieu créateur et sauveur que nous retrouvons en ce jugement de la 25ème heure qui dévoile la vérité finale des actes humains dans toute son épaisseur historique.

La séparation des ovins est une parabole du verdict du Jugement Dernier. Elle s’appuie essentiellement sur le service de la charité : service commis ou omis à l’égard du frère ou de la sœur en humanité. Le petit, le laissé-pour-compte, l’opprimé, bref le faible même s’il occupe le rez-de-chaussée de l’échelle sociale est sacrement du Christ.

C’est pour cela que Jésus-Christ s’identifie à lui dans la figure de l’affamé, l’assoiffé, l’étranger, le dénudé, le malade, le prisonnier.

Lorsque la dévotion à Dieu n’est pas coextensive au dévouement pour l’homme : elle se vide de sa moelle substantielle, la préciosité du service de la charité.

Si l’adoration de Dieu ne requiert pas en même temps le service de l’homme, elle s’enlise et s’appauvrit dans la trivialité ritualiste des oripeaux de la gloire. Servir Dieu conduit aussi à servir l’Homme.

Cette solennité nous rappelle aussi que la vie ne s’achève pas en queue de poisson ; l’Histoire ne disparaît pas dans les sables mouvants de l’existence.

C’est Jésus-Christ qui en est l’alpha et l’oméga. C’est lui le Roi des Rois “Et son règne n’aura pas de fin” atteste le Credo.

 

Père Donatien Bizaboulou

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *