Appels et appellations

Édito du dimanche 14 janvier 2018

2ème Dimanche du Temps Ordinaire – Année B                        

Jésus allait et venait Familièrement, nous dirons que Jésus fait les cent pas comme s’il attendait quelqu’un, comme s’il avait un rendez-vous. Dieu est toujours en attente de l’homme. Il prend l’initiative de chercher l’homme avant que l’homme ne le cherche. Prévenant, Il est le premier arrivé au rendez-vous de l’Amour.

Voici l’Agneau de Dieu Jean Baptiste désigne Jésus du doigt. Il révèle Celui qui se tient au milieu du monde. Alors se met en branle le premier cercle d’appelés : André, Jean, Simon, Philippe, Nathanaël. L’appel du Seigneur passe toujours par des relais humains. Le manque de vocations religieuses et sacerdotales n’est-il pas tant la marque de déficience des intermédiaires que d’absence de générosité des jeunes ?

Ils suivirent Jésus Simple curiosité de badauds ou réel désir de salut. La sequaela Christi est une vie avec et dans le Seigneur. Il ne s’agit pas d’une simple suivance. Il est question d’adhésion au Christ, de croire en sa Parole et de partager sa vie.

Que cherchez-vous ? C’est la première parole de Jésus dans l’évangile de Jean. Question essentielle sur les aspirations profondes de l’homme : ce qui le motive, le fait vivre. À Gethsémani Jésus posera la même question à ceux qui viennent l’arrêter  tout comme les anges la poseront aux femmes qui viennent au tombeau.

Où demeures-tu ? Avec les verbes chercher (38 fois) et trouver (41 fois), demeurer est l’un des verbes qui traduit l’union profonde du disciple à son Maître. Jésus invite ainsi ses disciples à une rencontre plus profonde et définitive du croyant avec lui. Demeurer chez Saint-Jean traduit une intimité, une communion, un cœur à cœur du disciple avec le Rabbi de Nazareth, du croyant avec Dieu.

Venez et vous verrez Il est question de marcher avec Jésus jusqu‘à découvrir là où habite Celui qui n’a pas de pierre pour reposer sa tête et qui vit dans son Père pour lequel Il est venu accomplir la volonté.  « Car je suis descendu du ciel pour faire, non pas ma propre volonté, mais la volonté de Celui qui m’a envoyé » (Jn 6, 38)

Tu es Simon fils de Jean ; tu t’appelleras Kèphas – ce qui veut dire : Pierre Dans l’anthroponymie juive, le nom n’est pas une estampille ; il désigne plutôt l’essence de la personne. Connaître le nom d’une personne c’est entrer dans son mystère. Jésus lui-même dont le nom signifie Salut porte un nom emblématique ; Saul deviendra Paul et Simon pour symboliser le nouveau cap qu’il va incarner, portera le nom de Pierre. Cet appel de Jésus et cette nouvelle appellation montrent bien la place privilégiée de celui qui sera le premier du groupe des Apôtres ; celui dont la vocation sera de diriger l’Église. Et c’est à juste titre que l’Église de Jésus-Christ est appelée aussi Barque de Pierre.

Père Donatien Bizaboulou

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.