L’Avent ? Toute une année

Édito du dimanche 2 décembre 2018

1er dimanche de l’Avent – Année C

Figurez-vous qu’avant d’attendre la naissance de son Fils, la Vierge Marie occupait une place ordinaire dans le peuple des croyants, ces pauvres du Seigneur qui mettent leur confiance en lui. Elle est une fille de ce peuple de l’attente confiante de la réalisation de la promesse : le Seigneur veut rétablir son alliance avec nous.

La réponse déterminée de Marie, et son consentement de foi au jour de l’Annonciation s’explique par cet abandon initial à la volonté de Dieu.

D’ailleurs, étant accompli le mystère de l’Incarnation, Marie nous invite à mettre notre confiance dans le Christ dans l’attente du jour de son retour.

La préparation de Noël nous permet de dire : Il est venu, Il reviendra. Alors, dans notre espérance du retour du Christ, de son plein avènement, ne nous arrêtons pas à Noël, évènement d’hier.

Ainsi, la prière de Marie, son appui et son secours maternels nous aident à nous attacher plus intimement au Sauveur. Comme nous pouvons le lire dans Lumen  gentium (Concile de Vatican II) : Elle engendra son Fils, dont Dieu a fait le premier-né parmi beaucoup de frères (Rm 8, 29), c’est-à-dire parmi les croyants, à la naissance et à l’éducation desquels elle apporte la coopération de son amour maternel.

Soyons simples, soyons pauvres, laissons-nous éduquer par la Mère du Sauveur. Pour cela, il est donc heureux que l’Avent soit le début de toute l’année liturgique afin que nous ne nous dispensions pas de prendre plusieurs mois pour apprendre à vivre davantage en communion avec le Christ et nos frères, comme la Vierge Marie, modèle des croyants.

Fraternellement vôtre,

 

Père Hughes

 

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.