Jean Baptiste, le préparateur spirituel

Édito du dimanche 16 décembre 2018

3ème dimanche de l’Avent – Année C

Comme la semaine passée, c’est encore Jean Baptiste qui occupe la scène évangélique de ce 3ème dimanche de l’Avent. Alors que la fièvre messianique brûle dans toute la Judée, Jean baptise dans le Jourdain. C’est en ces termes que l’édition intégrale de la Bible TOB dans sa note p présente son ministère. « Devant la menace du jugement, les foules et ceux que l’on regarde comme des pécheurs manifestent leur conversion en demandant : que faire ? Jean leur propose une conduite de fraternité et de justice, sans même exiger des collecteurs d’impôts et des militaires qu’ils renoncent à leur métier alors mal vu. » Par le baptême de conversion qu’il propose et administre sur les berges du Jourdain, Jean prépare les cœurs humains à la grâce du salut. Son ministère illustre bel et bien la préparation à la venue du Messie.

Que devons-nous faire? Jean invite non pas aux pieuses résolutions inefficaces mais au pragmatisme, à l’orthopraxie, au réalisme évangélique. Il ne pousse non pas à l’héroïsme mais à l’efficace charité. Non pas donner l’unique tunique que l’on possède mais partager celle qu’on a en plus. Et en faire autant pour tous les autres besoins du prochain. En bref, Jean Baptiste invite à une charité inventive vis-à-vis d’autrui. Car la vraie pénitence débouche sur l’amour tangible, celui qui fait ouvrir les valises, les armoires, les réfrigérateurs et autres congélateurs. Mais est-ce seulement un scandale que de trouver encore des personnes qui souffrent de malnutrition ou qui meurent de faim à une époque où l’humanité regorge de tant de réserves alimentaires ? Alors que d’innombrables quantités de produits sont atteintes d’avarie dans nos banques alimentaires, nos pharmacies, nos containers, les besoins primaires de plus de la moitié de l’humanité sur la planète demeurent insuffisamment satisfaits.

De même Jean Baptiste invite aussi à la charité dans le service public accompli par les commis de l’État comme les Publicains et les Soldats. Aussi les enjoint-il à la conscience professionnelle. Rappel de la déontologie. Le Pape PIE XI n’a-t-il pas affirmé à juste titre que « la politique est la forme la plus haute de la charité » ?

Il annonçait au peuple la Bonne Nouvelle. Le baptême a produit le fruit de conversion qu’espérait Jean. Les foules sont donc devenues un peuple. Peuple en attente. Peuple de l’évangile. Peuple dont l’adjectif « seul » chez Paul marquera/martèlera l’unité par ces 7 occurrences symboliques.  « Il n’y a qu’un seul Corps et un seul Esprit, de même que votre vocation vous a appelés à une seule espérance ; un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême ; un seul Dieu et Père de tous, qui règne sur tous, agit par tous, et demeure en nous » (Eph. 4, 4-6)

 

Père Donatien Bizaboulou

 

 

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.