L’après de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens

Édito du dimanche 27 janvier 2019

3ème dimanche du Temps Ordinaire – Année C

Dans sa première lettre aux Corinthiens, saint Paul compare l’Église à un corps humain. Il veut montrer par là que les chrétiens sont complémentaires, chacun a sa place, chacun a son rôle, chacun a sa fonction dans l’évangélisation apostolique. Il ne s’agit pas de dire que telle ou telle fonction est supérieure, incomplète ou subalterne, mais de constater le fonctionnement de l’ensemble du corps.

Ainsi dans l’Église catholique il y a de nombreuses fonctions, mais tous ne sont pas appelés à les remplir toutes. Au contraire, chaque chrétien répond à son appel propre. Il y a les ministères ordonnés, (évêques, prêtres et diacres) les ministères laïcs (catéchistes, servants d’autel, service de l’accueil en paroisse, accueil des familles en deuil), responsabilité d’un groupe de catholiques (scoutisme, action catholique, Mouvement Eucharistique des jeunes) et des services d’Église aussi variés que peuvent être les dons de chacun.

Nous répondons à l’appel de Dieu en fonction de ce que nous sommes. Il n’est pas question que Dieu nous appelle à faire des services qui nous seraient impossibles. Mais en répondant à cet appel le Père s’engage à nous donner son aide, son Esprit Saint, ce que l’on nomme couramment la grâce d’état. Sans cette grâce particulière donnée pour remplir un service, nous ne pourrions le faire dans l’optique de la Trinité Père, fils et Esprit.

Tout ceci mérite d’être réfléchi d’une manière plus ouverte au moment où les églises chrétiennes viennent de finir une semaine de prière pour l’unité des chrétiens. Nous devons regarder différemment ceux qui ne professent pas la foi catholique dans son ensemble. Gardons-nous de les juger car nous ne sommes pas sûrs nous-mêmes d’adhérer sans restriction à cette foi.

Les mouvements issus de la Réforme ont eu le mérite de remettre en valeur la Parole de Dieu. Ils ont aussi provoqué cette grande réflexion sur les Sacrements qu’a été le Concile de Trente. Ils ont donc eu un impact positif sur l’Église Catholique qui a réutilisé les trésors qui étaient en elle.

Mais l’unité parfaite des chrétiens ne peut venir que d’une initiative du Père, lorsque son Fils reviendra dans la gloire et nous permettra d’accéder au Royaume.

D’ici là, profitons des apports des uns et des autres comme les membres profitent à l’ensemble du corps et que celui-ci profite aux membres

 

Père Thé Anh Nguyen

 

 

 

 

 

 

 

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.