Le 1er mai, fête de saint Joseph artisan

Nous fêtons saint Joseph le 19 mars sous le vocable de patron de l’Église universelle. Le pape Pie XII (XXème s) a placé la fête civile du travail du 1er mai sous le patronage de saint Joseph artisan ! Joseph n’a-t-il pas été toute sa vie artisan et entrepreneur, et n’a-t-on pas dit de Jésus, le Fils de Dieu devenu homme, au milieu des hommes :

N’est-il pas le Fils du charpentier ? (Mathieu 13, 55)

 

Avec Marie, sa femme, Joseph a donné à Jésus l’éducation humaine, et le sens de la simplicité et de l’effort dans une vie de travail et en soignant la qualité de la vie sociale. C’est pourquoi nous pouvons voir cette fête comme une fête de la famille et du foyer, une fête du travail et de la convivialité sociale.

Joseph est le modèle de l’humilité, attitude profonde qui, précisément, facilite les relations avec autrui : pas d’ego, encore moins de tout à l’ego chez celui qui fuyait les honneurs, et dont on a rien dit alors qu’il côtoya la grandeur. À ce titre, j’aime saint Bernard (XIIème s) quand il évoque la noblesse de Joseph en parlant du Seigneur Jésus :

Celui que de nombreux rois et prophètes ont désiré voir et n’ont pas vu, qu’ils ont désiré écouter et qu’ils n’ont pas entendu, il fut donné à Joseph, non seulement de le voir et de l’entendre, mais encore de le porter, de guider ses pas, de le prendre dans ses bras, de le couvrir de baisers, de lui donner à manger et de veiller sur lui.

 

Sainte Thérèse d’Avila (XVIème s.), avait choisi saint Joseph pour patron de l’ordre du Carmel. D’ailleurs c’est le patron de notre carmel de Pontoise. Thérèse nous encourage vivement à prier Joseph dans ce témoignage de sa vie :

Je choisis le glorieux saint Joseph pour mon patron et me recommande à lui en toutes choses. Je ne me souviens pas d’avoir jamais rien demandé à Dieu par son intercession que je ne l’aie obtenu. Jamais je n’ai connu personne qui l’ait invoqué sans faire des progrès notables dans la vertu. Son crédit auprès de Dieu est d’une merveilleuse efficacité pour tous ceux qui s’adressent à lui avec confiance.

 

Au presbytère, ce vendredi 1er mai, prêtres, nous allons célébrer ensemble, comme un dimanche, pour vous : pour ceux qui travaillent et pour ceux qui ne le peuvent, pour ceux qui n’ont pas de travail et pour ceux qui risquent de le perdre. Nous allons prier pour vos foyers et les conditions de vie actuelle. Nous prierons particulièrement pour ceux que la crise gagne à l’inquiétude, l’agitation, l’emportement ou le découragement. Nous allons rendre grâce pour ceux que le regroupement de la famille porte à la sérénité, à une meilleure connaissance de l’autre et à un amour plus grand de l’autre, dans l’humilité des gestes, des paroles et des liens tissés. Nous allons prier pour nos commerçants qui maintiennent une vie de quartier, et pour ceux qui en sont empêchés. Nous allons prier pour nos préfets et pour les élus locaux à qui l’on transfère des responsabilités lourdes pour le proche avenir.
Enfin, nous prierons Joseph patron universel de l’Église pour tous ceux qui attendent impatiemment de grandir dans la vie de l’Église par le don des sacrements : baptême, confirmation, communion, mariage, réconciliation, onction des malades et ordre. Personne ne les comprend plus vivement que je ne le fais, alors que j’attends aussi, patiemment et quand il conviendra de leur donner cette Promesse de Dieu.

Nos prières à saint Joseph seront comme autant de brins de muguet, pour embaumer vos cœurs et embellir vos vies.

Plus que jamais vôtre, plus que jamais ensemble, en communion au Christ bien-veillant,

Père Hughes

 

Je vous donne cette belle prière à saint Joseph de saint François de Sales (XVIIème s.)

Glorieux Saint Joseph, époux de Marie,
accordez-nous votre protection paternelle,
nous vous en supplions par le cœur de Jésus-Christ.
O vous, dont la puissance infinie s’étend à toutes nos nécessités
et sait nous rendre possibles les choses les plus impossibles,
ouvrez vos yeux de Père sur les intérêts de vos enfants.
Dans l’embarras et la peine qui nous pressent,
nous recourons à vous avec confiance ;
daignez prendre sous votre charitable conduite
cette affaire importante et difficile, cause de nos inquiétudes
Tu peux nommer ici le sujet de ton inquiétude.
Faites que son heureuse issue tourne à la gloire de Dieu
et au bien de ses dévoués serviteurs.
Ainsi soit-il !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *