La vie, c’est de l’or

La Sagesse, au sens biblique, c’est le savoir qui rend heureux. Dans la Bible, il s’agit d’un art de vivre sous le regard de Dieu, car Dieu seul sait toute chose. Cette profession de foi du livre de la Sagesse de ce dimanche est d’autant plus intéressante que l’œuvre a été écrite pour le milieu des intellectuels alexandrins. A ceux-ci, on n’apprend rien !

Or, ce que Dieu sait et qui peut rendre l’homme heureux, il ne cesse de révéler, c’est l’enseignement de sa Parole, dans la Bible et dans la tradition de l’Église.

À cela s’ajoute un autre savoir, dévoilé par le Christ : savoir tout quitter pour le suivre. Et, comme lui, savoir œuvrer au-delà des schémas et des traditions établis (Pape François). Ceux-ci sont souvent le masque de nos peurs devant ce que nous ne connaissons pas, des choses, des autres, de l’avenir.

C’est l’expérience que fit Nicolas Flamel, né à Pontoise, riche d’une grande fortune dont il fit profiter les pauvres et aussi Notre Dame de Pontoise à laquelle il offrit peut-être un calice d’or et de vermeil.

Il piétinait dans ses recherches scientifiques et sa volonté de faire de l’or avec du charbon quand sa femme lui conseilla de mettre de l’ordre dans sa vie et d’emprunter la route de Compostelle. Il lui obéit et revint, le cœur rempli de sérénité… et la fortune lui sourit davantage encore.

C’est ce qui nous sera raconté pendant les Journées du Patrimoine, dimanche 22 septembre dans un beau spectacle donné à Notre Dame, à 14 h 30 et à 16 h 15.

Nous irons, et, à défaut d’apprendre à produire de l’or, nous tirerons une leçon en reconnaissant que nous sommes de l’or, lorsque la tendresse de Dieu nous purifie de la gangue de nos misères.

Fraternellement vôtre.

 

Père Hughes

 

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.