Sublime patience, Divine Miséricorde

Dimanche 3 novembre 2019

31ème dimanche du temps ordinaire – Année C

En arrivant il y a deux mois sur notre groupement paroissial des dix clochers, ma première surprise a été d’observer des étendues de plaines agricoles si près de Paris. Ces paysages m’ont rappelé ceux du Dauphiné où j’ai fréquenté quelques agriculteurs pendant un certain nombre d’années. Des agriculteurs dont la patience n’est plus à prouver, comme en témoignent des passages bibliques (Ez 17, 22-23 ; Jc 5, 7-8 ; Ga 6, 9 ; Mc 4, 31-32 ; Lc 8, 15).

C’est par cette même patience que le livre de la Sagesse définit la tendresse divine face à la fragilité humaine : « Tu as pitié de tous les hommes, parce que tu peux tout. Tu fermes les yeux sur leurs péchés, pour qu’ils se convertissent […] Ceux qui tombent, tu les reprends peu à peu, tu les avertis, tu leur rappelles en quoi ils pèchent, pour qu’ils se détournent du mal et croient en toi, Seigneur » (Sg 11, 23 ; 12, 2).

Cette Première lecture de ce dimanche s’actualise dans l’Évangile où Jésus manifeste sa miséricorde pour Zachée, le chef des collecteurs d’impôts stigmatisé comme corrompu et collaborateur de l’occupant romain, dans le contexte juif de l’époque. Aux réticences de ses contemporains qui méprisent, excluent et condamnent sans appel, Jésus oppose une patience qui laisse à Zachée le temps de se convertir. Une conversion qui inspire la confiance en la Divine Miséricorde.

Père Fred Olichet BIYELA

 

 

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.